LES ANIMAUX (RE-)CONNAISSENT LES PLANTES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 1 février 2016

  • Parmi les insectes pollinisateurs, les bourdons sont capables d’apprendre à reconnaître puis de rechercher des plantes capables de leur offrir davantage de nectar que d’autres. En contexte expérimental, ils recherchent plus activement des fleurs artificielles contenant des récompenses de nectar plus importantes, caractérisées par différents profils d’émissions de lumière polarisée. (adapté d’une brève de La Garance voyageuse n° 109 / Printemps 2015)
  • On a montré notamment chez des grands singes africains, leur capacité à rechercher des plantes pour les utiliser de manière auto-thérapeutique. Ce n’est bien entendu pas l’apanage des grands singes : l’écorçage de certains arbres par les Cervidés en est un autre exemple dans nos régions : les Saules permettent une auto-vermifugation au Cerf élaphe grâce aux tanins, etc. Le problème conceptuel dans ce cas est que les plantes attireraient ainsi des herbivores – ce qui est à l’opposé de l’idée, plus facile à admettre, de répulsion des herbivores par différents dispositifs végétaux !

Publié dans 1. aux agents de la pollinisation, 1. fécondation, 3. aux herbivores | Pas de Commentaire »

QUE LA LUMIERE SOIT ou rapport qu’il y a entre la phyllotaxie et la ramification des tiges

Posté par Paul-Robert TAKACS le 4 novembre 2012

Au sommet de la jeune tige de ce jeune arbre encore en sous-bois, qui est le futur tronc en puissance d’un grand arbre, les feuilles opposées-décussées ont des dimensions et (grâce aux longueurs de leurs pétioles) des positions qui permettent à chacune d’accéder à un maximum de lumière :

disposition des feuilles (opposées-décussées) sur la tige principale d'un jeune érable Acer platanoides en sous-bois (dessin Paul-Robert TAKACS)

Or, puisqu’à la base de chaque feuille il y a un bourgeon axillaire, les futures ramifications sur le tronc (branches maîtresses) hériteront de la disposition des feuilles ; d’ailleurs, la dimension des feuilles allant avec la dimension donc le tonus des bourgeons axillaires, elles annoncent le développement qu’auront les branches maîtresses correspondantes : et la lumière fut !

Publié dans 1. arbres : phanérophytes, 1. au manque de lumière, 3. feuilles, 3. photosynthese, 4. bourgeons & méristèmes, A. végétation | Pas de Commentaire »

L’ÉPILOBE CHANGE DE SEXE

Posté par Paul-Robert TAKACS le 28 juillet 2012

Quand on observe de près les fleurs qui composent l’inflorescence de l’épilobe en épi Epilobium angustifolium ONAGRACÉES -sans conteste, l’une des plus splendides plantes de nos régions !- on peut suivre le changement de sexe de chaque fleur, au cours de son existence.

img209.jpg

Au cours de son évolution du bouton au fruit, autrement dit de haut en bas de l’inflorescence :

le 1er stade de la floraison est exclusivement mâle

      Les étamines viennent à maturité les premières : les 4  du cercle externe (face aux sépales) s’allongent les premières, s’avancent nettement et donnent leur pollen (turquoise !) ; les 4 du cercle interne (face aux pétales) attendent leur tour et finissent par s’allonger et s’avancer à leur tour. Entre-temps, le pistil est immature, réfracté : le style, court et courbe, amène le stigmate (non épanoui) derrière la fleur (!) : voir la fleur représentée sur la droite de la planche ci-dessous :

epilobiumangustifoliumonagracees.jpgle 2nd stade, bref, est hermaphrodite

      Pendant que les 4 dernières étamines (cercle interne) sont encore fonctionnelles (?), le pistil vient à maturité : le style se détend en s’allongeant, et devient droit pour amèner le stigmate très en avant : il s’épanouit en 4 lobes réceptifs, bien plus en avant que les étamines, qui, entre-temps, se réfractent :

 stadehermaphroditedepilobiumangustifoliumonagracees.jpgle 3e stade est exclusivement femelle

    Pendant que les étamines sont fanées (elles ont toutes donné leur pollen et se sont réfractées), le stigmate tétrafide est largement épanoui, composé à ce stade de 4 lanières circinées (en crosse) :

Fin de service

Les pièces florales se fanent et se détachent après avoir joué chacune son rôle. Tombent les sépales, les pétales, les étamines et tout du pistil, sauf l’ovaire (infère), qui évolue en fruit, en s’allongeant de plus en plus et en grossissant sous la poussée des graines qui avancent vers la maturité. Le fruit, une capsule, s’ouvrira brusquement par 4 valves, qui libèreront les graines portant de longs poils (très doux !), qui donneront à la base de l’inflorescence un petit air cotonneux.

Nous avons là l’un des modèles qui limitent pratiquement l’autofécondation, chez des plantes qui en sont théoriquement capables, étant entendu que leurs fleurs sont toutes hermaphrodites.

Publié dans 1. fécondation, B. sexualité | Pas de Commentaire »

LES PLANTES RESPIRENT

Posté par Paul-Robert TAKACS le 11 juillet 2012

C6H12O6 + 6O2 > 6CO2 + 6H2O
exactement comme les autres êtres vivants -dont nous. C’est pourquoi on dit qu’il ne faut pas dormir avec trop de plantes autour de soi, sans quoi elles nous étouffent la nuit, en prenant notre oxygène. Moi qui ai fait mes siestes tous les jours dans une serre tropicale quand je n’avais pas encore 1 an, je peux assurer qu’il y a de la marge.

Mieux : tout chez le plante respire, ou devrait respirer :
-les racines : plongez le pot d’une « plante verte » (je déteste cette formule…) dans l’eau et regardez ce qui se passe : les racines meurent d’étouffement et donc la plante meurt ne ne plus avoir de racines ;
-les tiges : enterrez donc le tronc d’un arbre ! Quand c’est nécessaire, comme au Parc de Bercy où on a du enterrer des troncs sous un talus qu’il a fallu créer, on l’a entouré d’un cylindre de gros diamètre, qui a été bourré de pouzzolane. Depuis, des racines adventives, apparues sur la hauteur de tronc enterré, sont venues racines dans ce substrat très aéré.
-les feuilles : on les vernit parfois avec une sorte de laque (autant avoir des plantes en plastique : ça demande moins d’entretien) qui rend imperméable à l’air le dessus et surtout le dessous, où se trouvent les stomates : étouffées, elles jaunissent et se décrochent.
-les fruits montrent une respiration (consommation d’oxygène) très soutenue, tellement les transformations (croissance, synthèses de couleurs et parfums…) coûtent de l’énergie.

Les dispositifs racinaires de nombreuses plantes des milieux humides sont modifiés pour permettre une respiration (extraction d’oxygène) rendue difficile par la faible dissolution des gaz (et notamment de l’oxygène) dans l’eau. Des racines adventives apparaissent secondairement sur les troncs ou branches émergés, là où l’oxygène est plus largement disponible.
Les tiges jeunes respirent par les lenticelles ; les tiges âgées, recouvertes de liège, respirent à travers l’écorce, par ces différentes perforations qui donnent une allure typique à l’écorce (rhytidome).
La respiration foliaire et plus généralement les échanges gazeux (accompagnés de pertes d’eau) se fait essentiellement par les stomates : les bouches des plantes (cf. étymologie : stoma = bouche) :

LES PLANTES RESPIRENT dans 1. respiration stomate-300x225

Publié dans 1. respiration | Pas de Commentaire »

LES PIGMENTS ET LEURS RÔLES DANS LA BIOLOGIE DES VÉGÉTAUX

Posté par Paul-Robert TAKACS le 27 mai 2012

Bien qu’en général majoritaire, la chlorophylle, catalyseur de la photosynthèse, est accompagnée par d’autres pigments chez plantes, qui participent comme elle à la photosynthèse (« pigments accessoires ») et/ou qui ont d’autres rôles, par exemple dans la reproduction sexuée : après les colorations des pétales des fleurs, qui attireront les agents de la fécondation (pollinisateurs), ils peuvent participer à réaliser un arc-en-ciel de couleurs sur les fruits, qui attireront les agents de la dissémination qui voient – par exemple des oiseaux frugivores :
LES PIGMENTS ET LEURS RÔLES DANS LA BIOLOGIE DES VÉGÉTAUX dans 1. aux agents de la pollinisation 75934_438903759453936_296158790395101_1656256_1283296204_n-300x225
> anthocyanes : rouge à violet (en fonction du pH)
> carotéonïdes : orange
> xanthophylles : jaune

Publié dans 1. aux agents de la pollinisation, 1. fécondation, 2. aux agents de la dissémination, 3. photosynthese | 1 Commentaire »

12345
 

msk6 |
Sciences de la Vie et de la... |
TPE cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art-mony paléo
| PARANORMAL
| Fredy KARKOUR