LES ANIMAUX (RE-)CONNAISSENT LES PLANTES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 1 février 2016

  • Parmi les insectes pollinisateurs, les bourdons sont capables d’apprendre à reconnaître puis de rechercher des plantes capables de leur offrir davantage de nectar que d’autres. En contexte expérimental, ils recherchent plus activement des fleurs artificielles contenant des récompenses de nectar plus importantes, caractérisées par différents profils d’émissions de lumière polarisée. (adapté d’une brève de La Garance voyageuse n° 109 / Printemps 2015)
  • On a montré notamment chez des grands singes africains, leur capacité à rechercher des plantes pour les utiliser de manière auto-thérapeutique. Ce n’est bien entendu pas l’apanage des grands singes : l’écorçage de certains arbres par les Cervidés en est un autre exemple dans nos régions : les Saules permettent une auto-vermifugation au Cerf élaphe grâce aux tanins, etc. Le problème conceptuel dans ce cas est que les plantes attireraient ainsi des herbivores – ce qui est à l’opposé de l’idée, plus facile à admettre, de répulsion des herbivores par différents dispositifs végétaux !

Publié dans 1. aux agents de la pollinisation, 1. fécondation, 3. aux herbivores | Pas de Commentaire »

L’ÉPILOBE CHANGE DE SEXE

Posté par Paul-Robert TAKACS le 28 juillet 2012

Quand on observe de près les fleurs qui composent l’inflorescence de l’épilobe en épi Epilobium angustifolium ONAGRACÉES -sans conteste, l’une des plus splendides plantes de nos régions !- on peut suivre le changement de sexe de chaque fleur, au cours de son existence.

img209.jpg

Au cours de son évolution du bouton au fruit, autrement dit de haut en bas de l’inflorescence :

le 1er stade de la floraison est exclusivement mâle

      Les étamines viennent à maturité les premières : les 4  du cercle externe (face aux sépales) s’allongent les premières, s’avancent nettement et donnent leur pollen (turquoise !) ; les 4 du cercle interne (face aux pétales) attendent leur tour et finissent par s’allonger et s’avancer à leur tour. Entre-temps, le pistil est immature, réfracté : le style, court et courbe, amène le stigmate (non épanoui) derrière la fleur (!) : voir la fleur représentée sur la droite de la planche ci-dessous :

epilobiumangustifoliumonagracees.jpgle 2nd stade, bref, est hermaphrodite

      Pendant que les 4 dernières étamines (cercle interne) sont encore fonctionnelles (?), le pistil vient à maturité : le style se détend en s’allongeant, et devient droit pour amèner le stigmate très en avant : il s’épanouit en 4 lobes réceptifs, bien plus en avant que les étamines, qui, entre-temps, se réfractent :

 stadehermaphroditedepilobiumangustifoliumonagracees.jpgle 3e stade est exclusivement femelle

    Pendant que les étamines sont fanées (elles ont toutes donné leur pollen et se sont réfractées), le stigmate tétrafide est largement épanoui, composé à ce stade de 4 lanières circinées (en crosse) :

Fin de service

Les pièces florales se fanent et se détachent après avoir joué chacune son rôle. Tombent les sépales, les pétales, les étamines et tout du pistil, sauf l’ovaire (infère), qui évolue en fruit, en s’allongeant de plus en plus et en grossissant sous la poussée des graines qui avancent vers la maturité. Le fruit, une capsule, s’ouvrira brusquement par 4 valves, qui libèreront les graines portant de longs poils (très doux !), qui donneront à la base de l’inflorescence un petit air cotonneux.

Nous avons là l’un des modèles qui limitent pratiquement l’autofécondation, chez des plantes qui en sont théoriquement capables, étant entendu que leurs fleurs sont toutes hermaphrodites.

Publié dans 1. fécondation, B. sexualité | Pas de Commentaire »

LES PIGMENTS ET LEURS RÔLES DANS LA BIOLOGIE DES VÉGÉTAUX

Posté par Paul-Robert TAKACS le 27 mai 2012

Bien qu’en général majoritaire, la chlorophylle, catalyseur de la photosynthèse, est accompagnée par d’autres pigments chez plantes, qui participent comme elle à la photosynthèse (« pigments accessoires ») et/ou qui ont d’autres rôles, par exemple dans la reproduction sexuée : après les colorations des pétales des fleurs, qui attireront les agents de la fécondation (pollinisateurs), ils peuvent participer à réaliser un arc-en-ciel de couleurs sur les fruits, qui attireront les agents de la dissémination qui voient – par exemple des oiseaux frugivores :
LES PIGMENTS ET LEURS RÔLES DANS LA BIOLOGIE DES VÉGÉTAUX dans 1. aux agents de la pollinisation 75934_438903759453936_296158790395101_1656256_1283296204_n-300x225
> anthocyanes : rouge à violet (en fonction du pH)
> carotéonïdes : orange
> xanthophylles : jaune

Publié dans 1. aux agents de la pollinisation, 1. fécondation, 2. aux agents de la dissémination, 3. photosynthese | 1 Commentaire »

COEVOLUTION PLANTES / ANIMAUX POLLINISATEURS : l’exemple des Orchidées

Posté par Paul-Robert TAKACS le 27 mars 2012

Les plantes évoluent et notamment la construction de leurs fleurs.

Les animaux évoluent et notamment leur menu.

A la fin, plantes et animaux évoluent de concert : c’est ce qu’on appelle coévolution.

COEVOLUTION PLANTES / ANIMAUX POLLINISATEURS : l'exemple des Orchidées dans 1. aux agents de la pollinisation orchidac%C3%A9es-co%C3%A9volution-pollinisateurs-300x246

 

 

Publié dans 1. aux agents de la pollinisation, 1. fécondation | 1 Commentaire »

FÉCONDATION > FRUIT & GRAINE(S)

Posté par Paul-Robert TAKACS le 2 juillet 2010

lafcondationchezlesangiospermesdtailshistologiques.jpg

Les fleurs (chez les plantes à fleurs) sont le lieu de la fécondation. Nous avons vu ailleurs qu’en amont de la fécondation, doit avoir lieu la pollinisation au sens strict : l’amenée de pollen d’une plante se comportant en mâle / donneur, sur la pièce femelle d’une plante qui se comporte en femelle / receveur.

Le grain de pollen « germe » à partir du stigmate et amène jusqu’aux ovules, dans l’ovaire, la matière fécondante : 2 spermatozoïdes chez les ANGIOSPERMES.

Dans l’ovule, c’est dans le sac embryonnaire exactement que tout va se passer :

  • l’un des 2 spermatozoïdes (nM) fécondera l’objet femelle : l’oosphère (nF), ce qui, dans la future graine, donnera l’embryon (2n) : nM + nF > 2n ;
  • l’autre spermatozoïde (nM) fécondera les 2 noyaux polaires du sac embryonnaire (nF + nF), ce qui donnera la substance nourricière fondamentale de la future graine : l’albumen (3n) : nM + (nF + nF) > 3n ;
  • les 2 téguments de l’ovule deviendront les 2 téguments de la graine.

Pour mémoire, il n’y a pas ovaire chez les GYMNOSPERMES.

de la fleur au fruit

de la fleur au fruit

Publié dans 1. fécondation | Pas de Commentaire »

123
 

msk6 |
Sciences de la Vie et de la... |
TPE cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art-mony paléo
| PARANORMAL
| Fredy KARKOUR