MODÈLES ARCHITECTURAUX DES ARBRES & ÉLAGAGE RESPECTUEUX

Posté par Paul-Robert TAKACS le 15 novembre 2012

suivre le lien : http://jardinet.unblog.fr/2012/11/15/modeles-architecturaux-des-arbres-et-elagage-respectueux/

Publié dans 1. arbres : phanérophytes | Pas de Commentaire »

QUE LA LUMIERE SOIT ou rapport qu’il y a entre la phyllotaxie et la ramification des tiges

Posté par Paul-Robert TAKACS le 4 novembre 2012

Au sommet de la jeune tige de ce jeune arbre encore en sous-bois, qui est le futur tronc en puissance d’un grand arbre, les feuilles opposées-décussées ont des dimensions et (grâce aux longueurs de leurs pétioles) des positions qui permettent à chacune d’accéder à un maximum de lumière :

disposition des feuilles (opposées-décussées) sur la tige principale d'un jeune érable Acer platanoides en sous-bois (dessin Paul-Robert TAKACS)

Or, puisqu’à la base de chaque feuille il y a un bourgeon axillaire, les futures ramifications sur le tronc (branches maîtresses) hériteront de la disposition des feuilles ; d’ailleurs, la dimension des feuilles allant avec la dimension donc le tonus des bourgeons axillaires, elles annoncent le développement qu’auront les branches maîtresses correspondantes : et la lumière fut !

Publié dans 1. arbres : phanérophytes, 1. au manque de lumière, 3. feuilles, 3. photosynthese, 4. bourgeons & méristèmes, A. végétation | Pas de Commentaire »

QUELQUES EXEMPLES DE LIGNEUX

Posté par Paul-Robert TAKACS le 19 octobre 2012

On désigne sous le nom de ligneux les plantes dotées de bois, capables de croissance secondaire (cernes de bois annuelles).

Pour les botanistes, les ligneux font partie, avec les semi-ligneux, des plantes pluriannuelles / pérennes  / vivaces.

Pour les jardiniers & paysagistes, les ligneux forment le squelette d’un espace vert. A fortiori les arbres & arbustes sempervirents.

arbustes

  • caducs :

Viorne lantane / Viburnum lantana

Spirée hybride de Van Houtte / Spiraea x ‘Van Houttei’

Weigelia

Forsythia

Buddleia, arbuste aux papillons / Buddleja davidii

Églantier / Rosa canina

l'Églantier (Rosa canina, ROSACEAE), arbuste capable de grimper grâce à ses aiguillons crochus (dessin Paul-Robert TAKACS)

l'Églantier (Rosa canina, ROSACEAE), arbuste capable de grimper grâce à ses aiguillons crochus (dessin Paul-Robert TAKACS)

Ronce / Rubus fruticosus

Framboisier / Rubus idaeus

  • sempervirents :

Chèvrefeuille en arbuste / Lonicera pileata

 

grimpantes

  • caduques :

Vigne à vin / Vitis vinifera

Glycine / Wisteria sinensis

Akébia / Akebia quinata

Rosiers-lianes / Rosa sppl.

  • sempervirentes :

Lierre / Hedera helix

Le Lierre commun (Hedera helix, ARALIACEES) grimpante ligneuse (dessin Paul-Robert TAKACS)

Le Lierre commun (Hedera helix, ARALIACEES) grimpante ligneuse (dessin Paul-Robert TAKACS)

Faux-jasmin / Trachelospermum jasminoides

Clématite du Père Armand / Clematis armandii

 

arbres

  • caducs :

Parrotie de Perse / Parrotia persica

Érables / Acer

Platanes / Platanus

  • marcescents (caducs dont les feuilles restent longtemps accrochées bien que sèches) :

Chêne / Quercus sppl.

Hêtre / Fagus sylvatica

Charme / Carpinus betulus

  • sempervirents :

Buis / Buxus sempervirens

Chêne vert / Quercus ilex

Chêne liège / Quercus suber

Pin / Pinus

Épicéa / Picea abies

Sapin / Abies

Cèdre / Cedrus

Thuya / Thuja

Houx / Ilex aquifolium

Olivier / Olea europæa

Publié dans 1. arbres : phanérophytes, 2. arbustes : chamaephytes, 3. grimpantes, C. ligneux | Pas de Commentaire »

RAPPORT QU’IL Y A ENTRE SURVIVRE A L’HIVER ET LE FLAMBOIEMENT DES FEUILLES EN AUTOMNE

Posté par Paul-Robert TAKACS le 16 octobre 2012

En automne, a fortiori chez les arbres mais pas seulement, les feuilles, avant d’être décrochées (plantes caducifoliées), se déshydratent et se vident de leur contenu soluble (hydrolyse des sucres et pigments assimilateurs) au bénéfice du reste de la plante. Les pigments assimilateurs se dégradent donc sont soustraits les uns après les autres : les chlorophylles sont les premières à disparaître : le flamboiement commence en ne laissant plus subsister que les pigments ditas accessoires : les jaunes (xanthophylles), les orangés (caroténoïdes) et les rouges à pourpres (anthocyanes).

Tous ces solutés passent dans la sève élaborée, qu’on peut à juste titre qualifier de descendante en cette saison. En effet, les solutés sont dirigés principalement vers l’appareil racinaire, dont ils vont participer à diminuer la température de congélation. On rappellera avec profit nos enseignements de physique : si l’eau distillée gèle à 0°C, une solution d’eau distilée + solutés (sucre, sel….) gèle à des températures d’autant plus négatives (-5°C, -10°C…) que les solutés sont présents à des concentrations plus importantes (2mg / l, 4 mg/l…) : il s’agit bien d’un principe antigel végétal !

Cette réserve / descente d’un flot de sève riche en substances dissoutes (glucose, vitamines…) est largement exploitée : c’est pour avoir des légumes-racines sucrés et riches en vitamines qu’on récolte en fin d’automne – début d’hiver les betteraves à sucre (Beta vulgaris), carottes (Daucus carota)…  Dans leur cycle biologique, elles sont donc cueillies à mi-chemin de leur vie, au maximum de réserves accumulées, alors qu’elles les auraient utilisées l’année suivante, pour fleurir et fructifier  -ce qui fait de ces légumes-racines des cas typiques de plantes bisannuelles.

RAPPORT QU'IL Y A ENTRE SURVIVRE A L'HIVER ET LE FLAMBOIEMENT DES FEUILLES EN AUTOMNE dans 1. à un rythme saisonnier 552911_462384057123286_1488913862_n-157x300

Publié dans 1. à un rythme saisonnier, 1. arbres : phanérophytes | Pas de Commentaire »

VIE, MORT… ET RENAISSANCES D’UN ARBRE

Posté par Paul-Robert TAKACS le 26 janvier 2012

Les forestiers disent du chêne qu’il lui faut 100 ans pour grandir, 100 ans de glandées successives et 100 ans pour mourir. C’est ne pas avoir remarqué qu’un chêne a plusieurs vies !

Il arrive certes un moment, tôt ou tard, où un arbre arrive à une difficulté de vie. Plus le temps a passé, plus elle a pris de la hauteur et de l’envergure, avec rapidité au début de sa vie (parce qu’elle ne s’occupe que de ça : se construire), plus posément, jusqu’à un palier, par la suite (puisqu’elle distribue son énergie entre végétation mais aussi sexualité à partir du moment où elle est devenue adulte).
Il arrive donc forcément un moment où la distance, comptée à partir des racines, à laquelle il faut amener de l’eau et des sels minéraux, devient trop difficile à surmonter. C’est notamment le cas si les racines arrivent à la limite, génétiquement fixée par essence, de leur possibilité d’expansion, donc de leur capacité à aller chercher de nouvelles ressources (eau et sels minéraux) pour alimenter un individu dont (1) les dimensions sont allées croissant, et (2) dont, le cas échéant, les besoins nutritifs sont partis à la hausse, au fur et à mesure qu’il est davantage sexualisé et moins feuillé. Rappelons en effet que la sexualité coûte de l’énergie mais n’en rapporte pas à l’individu : c’est un investissement de la plante sur le long terme, qui n’est favorable qu’à l’espèce.

Dans cette configuration, le sommet et la périphérie de la couronne sont les premiers à mourir, faute d’être correctement alimentés et/ou à cause de ce qu’ils coûtent plus qu’ils ne rapportent à l’individu s’il continue de les entretenir. Pratiquement, ces branches se dessèchent et meurent. En revanche, de nouvelles branches sont générée à partir de bourgeons latents, le plus près possible du tronc et a fortiori de la base du tronc, plus faciles à alimenter. Une telle allure, qu’on appelle la descente de cime (ce qui veut bien dire ce que ça veut dire), signe le stade de sénescence d’un arbre.

img6701.jpg

Au terme du processus, l’ »arbre initial » meurt au fur et à mesure qu’il a été remplacé par plusieurs rejets de souche plus ou moins synchrones : c’est l’apparition d’une cépée naturelle. Si on les laisse faire, font volontiers le coup les Chênes, les Châtaigniers, le Tilleul. Et de cette manière, la plante « renaît » après sa mort. Donc c’est reparti pour un tour !

Publié dans 1. arbres : phanérophytes, D. sénescence, E. mort | Pas de Commentaire »

123
 

msk6 |
Sciences de la Vie et de la... |
TPE cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art-mony paléo
| PARANORMAL
| Fredy KARKOUR