NATURE DES VRILLES DE LA VIGNE

Posté par Paul-Robert TAKACS le 19 octobre 2012

NATURE DES VRILLES DE LA VIGNE dans 1. au manque de lumière vitis-sylvestris-300x201

La vigne à vin / Vitis vinifera (VITACEAE) est une grimpante ligneuse. Sa capacité à grimper est en rapport avec l’existence de vrilles. Qu’est-ce qui, dans la plante, est devenu vrilles (par le jeu des mutations) ?

L’image ci-dessous démontre qu’il s’agit d’une vrille d’inflorescence donc d’infrutescence [transformée] :

vrilles d'inflorescence de la Vigne (image Paul-Robert TAKACS)

vrilles d'inflorescence de la Vigne (image Paul-Robert TAKACS)

En d’autres termes, tout ou partie des éléments de ramification d’une inflorescence / infrutescence deviennent volubiles, c’est-à-dire capables de s’enrouler autour d’un support. Dans certains cas, ces éléments perdent leur valeur reproductrice et ne portent plus aucune fleur / fruit, comme le montre l’image suivante :

vrille_raisin_640-300x225 dans 2. fleurs & inflorescences

 

Publié dans 1. au manque de lumière, 2. fleurs & inflorescences, 3. fruits & infrutescences | Pas de Commentaire »

FRUITS CHARNUS INDÉHISCENTS : BAIES ET DRUPES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 9 août 2012

  • BAIE : fruit totalement charnu, indéhiscent : seules les graines (pépins) ont des parois indurées : par ex. la tomate (Solanum lycopersicum, Solanacées) ;
  • DRUPE : fruit charnu à l’extérieur, induré (ligneux) à l’intérieur (entourage de la graine), indéhiscent : par ex. la cerise du cerisier (Prunus avium, Rosacées).

Les fruits charnus sont volontiers dispersés par les oiseaux et autres frugivores (chauves-souris…), mais aussi, plus occasionnellement par divers omnivores : quand ils en ont l’opportunité ou en l’absence de proies carnées, en fin d’été-automne-hiver notamment, les renards (Mammifères) par exemple ont un régime très majoritairement frugivore, comme en attestent les crottes qu’ils laissent derrière eux  -ce qui est certainement plus sain que les restes de chips et d’hamburgers que laissent derrière eux dans les bois les vilains promeneurs citadins…

le fruit de Gaultheria shallon, proche cousine de la Myrtille (ERICACÉES) est une baie :

FRUITS CHARNUS INDÉHISCENTS : BAIES ET DRUPES dans 2. aux agents de la dissémination 557407_484377541590604_582875627_n-300x220

Publié dans 2. aux agents de la dissémination, 3. fruits & infrutescences | Pas de Commentaire »

FRUITS ET GRAINES : LES PLANTES VOYAGENT

Posté par Paul-Robert TAKACS le 25 octobre 2010

conférence-projection le mercredi 17 novembre 2010

Le fruit, résultat du développement de l’ovaire de la fleur après la pollinisation, contient les graines : autant que d’ovules fécondés.
Si les plantes sont réputées immobiles, leurs fruits ou graines, en revanche, voyagent ! Le vent ou l’eau sont des agents de dissémination vieux comme le monde. Mais les animaux, plus récents au cours de la coévolution, s’avèrent autrement plus avantageux.
Les dispositifs les plus ingénieux se déploient pour accrocher fruits ou graines aux pattes des oiseaux, à la toison des mammifères, aux chaussettes des promeneurs insouciants ! et les transformer, pour l’occasion, en agents au service des plantes qui s’ignorent.
animaux frugivores

Les modes de dissémination sont innombrables : les plantes ne seraient donc pas aussi totalement immobiles qu’on voudrait nous le faire croire ?

Publié dans 3. fruits & infrutescences, 4. graines, b. conférences, projections, rencontres & débats | Pas de Commentaire »

UN MARRON EST UNE GRAINE, UNE CHÂTAIGNE EST UN FRUIT (AKÈNE)

Posté par Paul-Robert TAKACS le 4 septembre 2010

Les marrons du Marronnier (AEsculus hippocastanum, SAPINDACÉES) sont ses graines, contenues dans une capsule plus ou moins charnue et épineuse, déhiscente à maturité.

Le fruit du Châtaignier (Castanea vulgaris, FAGACÉES) est un akène : fruit à péricarpe sec (la « peau » boiseuse marron que l’on enlève), indéhiscent (ne s’ouvrant pas à maturité), uniséminé (contenant une graine), la châtaigne est surmontée des restes du pistil (le bec). L’endocarpe du fruit est pelucheux.
La graine est la chose que l’on mange exactement.
La bogue épineuse est un involucre (ensemble) de bractées entourant les fleurs femelles de la base de l’inflorescence, homologue de la cupule. Il y a donc autant de fleurs femelles dans la cupule que de châtaignes.
chataigne.jpg

Même thème pour les Chênes (Quercus), dans la même famille des FAGACÉES : le gland est le fruit, les bractées de l’involucre forment une cupule. Il y a une fleur femelle par cupule chez le Chêne.
746148297.jpg

NOTA – Pour être brillant, on pourra interpeller ses amis lors d’une promenade en forêt par un  » Tu as vu ? les écureuils commencent à faire des provisions d’akènes de Quercus » : à prononcer sur le ton de l’évidence.
ecureuil21.jpg

MORALITÉ – Mes auditeurs ont dépassé leur maître, hier, en me contredisant quand j’ai annoncé que la bogue du Châtaignier était le fruit. Corriger par : le fruit du Marronnier a vocation à protéger la graine (le marron) : bravo !

Publié dans 3. fruits & infrutescences, 4. graines | Pas de Commentaire »

FRUITS, FAUX FRUITS, INFRUTESCENCES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 3 mars 2010

carpellesdanslefruit.gif

Le fruit est dit :

  • simple, s’il dérive du pistil idéal c’est-à-dire simple (d’un seul tenant) d’une fleur unique (cas A ou B ci-dessus) : par ex. la cerise chez le cerisier (drupe de Prunus avium, Rosacées) ;
  • multiple, s’il dérive du pistil composé de plusieurs parties disjointes (carpelles) d’une fleur unique (cas C ci-dessus)  : par ex. le fruit de la pivoine (polyfollicule de Paeonia, Paeoniacées) ou celui de la benoîte (polyakène de Geum urbanum, Rosacées) ;
  • composé, s’il dérive de plusieurs fleurs d’une même inflorescence : par ex. le raisin chez la vigne (Vitis vinifera, Vitacées) ;
  • on parle d’infrutescence pour le résultat de la fécondation d’une inflorescence, par ex. de l’infrutescence du tournesol (Helianthus annuus, Astéracées) étant entendu que ce qu’on appelle communément sa « fleur » est en fait un ensemble de fleurs qui mime une fleur unique (le capitule est une inflorescence de type grappe éffondrée) ;
  • complexe ou faux-fruit s’il ne relève pas seulement de l’ovaire d’une ou plusieurs fleurs, mais aussi d’autres pièces, végétatives (pédicelle floral…) ou florales (dont le réceptacle : par ex. la fraise du fraisier Fragaria vesca, ou le cynorhodon de l’églantier Rosa canina, Rosacées).

NOTA. On ne peut s’empêcher de s’interroger sur la diversité des fruits (donc des modes de dissémination) montrée ci-dessus chez les Rosacées, en rapport avec la diversification dont témoigne cette famille : herbacées, arbustes, grimpantes, petits & grans arbres…

(cours donné en janvier 2010 > merci à Joanna GRODZKA pour sa prise de notes)

Publié dans 2. aux agents de la dissémination, 3. fruits & infrutescences | Pas de Commentaire »

12
 

msk6 |
Sciences de la Vie et de la... |
TPE cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art-mony paléo
| PARANORMAL
| Fredy KARKOUR