DIFFERENCES ENYTRE LES CYCLES BIOLOGIQUES DES ANGIOSPERMES, GYMNOSPERMES ET PTERIDOPHYTES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 14 février 2014

fichier pdf cycles biologiques – SYNTHESE ICONO

Publié dans 05. CYCLES BIOLOGIQUES, 3. Ptéridophytes = Fougères..., 4. Gymnospermes = Conifères..., 5. Angiospermes = Plantes à fleurs | Pas de Commentaire »

EPANOUISSEMENT DES FLEURS

Posté par Paul-Robert TAKACS le 29 août 2013

Suivez le lien suivant pour assister, en accéléré, à de poétiques épanouissements :

http://player.vimeo.com/video/27920977?title=0&%3bbyline=0&%3bportrait=0href=

Publié dans 2. fleurs & inflorescences, C. phase reproductrice | Pas de Commentaire »

LE CYCLE BIOLOGIQUE ou la vie d’une plante

Posté par Paul-Robert TAKACS le 1 mars 2012

cycle de vie angiosperme

Chez les plantes à fleurs (donc à graines =  Spermaphyta ou Phanérogames), le cycle biologique est décrit comme celui qui va de la graine (celle qui va germer) à la graine (la première que la plante issue de la graine 1 formera au cours de sa vie). Il semble plus… opérationnel de considérer un cycle biologique (comme son nom l’indique) de la naissance (germination) à la mort.

On compte jusqu’à 6 phases dans les cycles biologiques des plantes à fleurs (Gymnospermes + Angiospermes) :

dormance : dans nos régions (jusqu’à nouvel ordre tempérées, c’est-à-dire dotées entre autres d’une mauvaise saison : l’hiver), une graine, formée à la fin de l’été / début de l’automne, vivra plus ou moins longtemps, au ralenti, en attendant des conditions favorables à la germination  -pratiquement : en attendant le printemps. Dans les régions tropicales, les graines germent sans délai, parfois dès qu’elles sont mûres dans le fruit mûr : il n’y a là bas pas de dormance, comme il n’y a pas d’hiver… 

germination : phase essentiellement hétérotrophe : apparition de la première : la radicule. À ce stade, la jeune plante, dépourvue de feuilles et a fortiori dépourvue de chlorophylle, vit en utilisant les réserves organiques contenues dans la graine  -pratiquement, pour la graine de haricot comme de cacahuète, dans les 2 hémisphères qu’on mange : les cotylédons. On peut assez simplement faire un parfait tabac, en demandant avec son air le plus simple, lors d’une soirée qui commence à faiblir « Mais où est donc passé le calot de cotylédons d’Arachis hypogaea ? »). A ce stade, l’organisme est hétérotrophe : il vit en se nourrissant (‘trophie’ = alimentation) d’une matière organique autre (hétéro) que la sienne propre, autre que celle qu’il fabrique lui-même. Pour mémoire, nous sommes nous-mêmes des êtres hétérotrophes, qui mangeons telle ou telle matière organique (steak, hamburger, chips, chamallows…) pour la digérer et la reformuler en matière de nous-mêmes (Frédéric, etc.) ;

acquisition de l’état autotrophe : apparition d’une première tige (la tigelle), bientôt porteuse de feuilles (de jeunesse : cotylédonaires, en forme de coeur chez le haricot ; puis de type adulte, tri-foliolées chez le haricot). La jeune plante va graduellement gagner son autonomie : elle passe progressivement à un état autotrophe. Maintenant chlorophyllienne (il n’y avait rien de vert dans la graine) et disposant désormais d’un système complet d’absorption et conduction d’eau et de sels minéraux (racines & tiges), elle devient en effet capable de se comporter comme une grande, c’est-à-dire d’effectuer sa propre (photo-) synthèse de ses propres matières organiques (cellulose, nectar…) à partir de substances non-organiques qu’elle prélève dans son environnement pour les reformuler. A partir de ce stade, la plante n’a besoin pour vivre (photosynthèse) que d’eau (fraîche !), de sels minéraux, de gaz carbonique  -et de beaucoup beaucoup d’amour bien entendu, comme nous tous ! Sans oublier l’oxygène pour les besoins de sa respiration (car, scoop ?, les plantes respirent… comme nous tous.)

phase de jeunesse = végétative. La plante construit son organisme jusqu’à ses dimensions adultes. La totalité de l’énergie tirée du milieu est consacrée à augmenter, jusqu’à certaines limites inscrites dans le patrimoine génétique de chaque espèce, mais restant sous l’influence du milieu, les dimensions (hauteur, diamètre…) des tiges feuillées et des racines en proportion. Chez les arbres, l’édification du tronc et de la couronne de branches feuillées et symétriquement de la rhizoshère, dure plusieurs années ou dizaines d’années en fonction de l’essence. Entre-temps, pas une fleur, pas un fruit, pas une graine : la plante ne fait « que » végéter  -ce qui n’a donc rien de péjoratif en Botanique !

phase adulte = reproductrice. A un certain moment, un signal est donné : la sexualité se met en place enfin, et avec elle et par définition, l’âge adulte. La plante va fleurir, fructifier, donner ses premières graines. Les premières amours ressemblent plutôt à des balbutiements : il semblerait que les premières floraisons ne vont pas jusqu’au stade de fruits et graines fertiles. A partir de ce stade, l’individu partage l’énergie tirée du milieu entre végétation (bourgeons) et sexualité (boutons).

sénescence. A partir d’un certain moment, divers dysfonctionnements compromettent le diagnostic vital de la plante, au moins dans sa splendeur antérieure. Chez les arbres, des racines meurent et avec elles les ensembles de branches concernées ; la couronne meurt par le sommet et les extrêmités, les secteurs les plus difficiles à irriguer en sève brute. On dit que la couronne s’effondre. Symptômes concomitants : en fonction du caractère de l’essence, des nouveaux rameaux feuillés apparaissent sur la souche (rejets du tilleul) ou en nombre et en manchon étroit et continu le long du tronc (chêne) : c’est précisément ce qu’Hubert ROBERT peint dans tel tableau où il montre la ruine du vieux parc de Versailles, en cours d’abattage avant replantation. Les bourgeons manquent (ou manquent de vitalité) pour remplacer tout ce qui meurt. Dans son partage végétation / sexualité, l’allocation d’énergie pour la végétation (bourgeons) va en diminuant.

mort. C’est peut-être le plus beau moment de la vie de divers arbres, dont on dit que la dernière année est marquée par une floraison (et donc la fructification) explosive : une constellation de fleurs de cerisier, un sol jonché de glands et donc de belles glandées en perspective pour les pors, les sangliers ! Et pour cause : toute l’énergie de l’individu passe dans un dernier geste de sexualité, une sorte de débauche qui participe à se re-semer au maximum, dans l’intérêt de l’espèce. L’individu ne survit pas : il n’y a plus un grain d’énergie disponible pour redonner ne fut-ce qu’une feuille au printemps suivant : l’arbre est mort, sec sur pied : vivent les champignons, les vers, les oiseaux qui vont en rendre la substance au sol, où germe déjà sa riche descendance.

Publié dans 05. CYCLES BIOLOGIQUES, 07. TYPES BIOLOGIQUES, A. germination, B. phase végétative, C. phase reproductrice, D. sénescence, E. mort | Pas de Commentaire »

LA GERMINATION

Posté par Paul-Robert TAKACS le 27 février 2012

EN IMAGES

germinationharicot.jpg

Publié dans A. germination | Pas de Commentaire »

DURÉE DES CYCLES BIOLOGIQUES

Posté par Paul-Robert TAKACS le 3 février 2012

1 AN, 2 ANS OU BIEN PLUS

  • graine > plante à fleurs > graines en moins de 1an : plantes annuelles. Par ex. les Céréales (Graminées) ;
  • graine > plante en phase végétative (rosette de feuille) la 1re année ; montée à fleur > graines la 2nde année : plantes bisannuelles. Par ex. les légumes-racines comme la Betterave (Beta vulgaris, Amarantacées), la Carotte (Daucus carota, Apiacées). Rappelons qu’on récolte ces légumes à la fin de la 1reannée, quand la racine est gorgée de réserves ;
  • les plantes produisent plusieurs générations de fleurs / graines dans leur vie, dès leur 1re année ou plus tard : plantes pluriannuelles qu’on peut aussi appeler vivaces mais que nous préférons qualifier de pérennes, pour éviter un malentendu. Parmi les plantes pérennes on distingue : 
    1. des herbacées : par ex. la Marguerite (Leucanthemum, Asteracées), ou le Houblon (Humulus lupulus, Cannabacées : grimpante dont les tiges herbacées meurent chaque année et qui repart de souche chaque printemps) ;
    2. des semi-ligneuses, dont le « bois » peut être facilement tranché, n’offrant pas la même résistance sous le sécateur que du vrai bois de ligneux. Nombreuses sont les semi-ligneuses parmi les Labiées, par ex. la Lavande (Lavandula), le romarin (Rosmarinus), les sauges (Salvia);
    3. des ligneuses : elles forment du (vrai) bois (lignine) sous forme de cercles annuels concentriques : les cernes. On distingue (exemples choisis parmi les Rosacées) :

    a. des arbustes, par ex. la Spirée hybride de Van Houtte (Spiraea x Vanhouttei)

    b.des grimpantes, par ex. les Rosiers (Rosa)

    c.des arbres, par ex. le Merisier (Prunus avium)

    NOTES

    • ATTENTION ! Les Horticulteurs, Jardiniers et Paysagistes appellent « vivaces » seulement les vivaces herbacées des Botanistes (point 1 de plus haut).
    • En rapport avec la brièveté de leur cycle biologique, les plantes annuelles et bisannuelles sont toutes herbacées.

Publié dans 05. CYCLES BIOLOGIQUES, 07. TYPES BIOLOGIQUES | Pas de Commentaire »

12
 

msk6 |
Sciences de la Vie et de la... |
TPE cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art-mony paléo
| PARANORMAL
| Fredy KARKOUR